Histoire de la CDC

Historique

La mission d’une Corporation de développement communautaire (CDC) est «d'assurer la participation active du mouvement populaire et communautaire au développement socioéconomique de son milieu» (voir Cadre de référence des CDC). Cette mission passe par la concertation des organismes communautaires en vue d’assurer leur consolidation et leur développement et ainsi favoriser leur participation au développement du milieu.

D’abord discutée dès 1994 à la Table d'action contre l'appauvrissement de l'Estrie où il était alors abondamment question de développement local communautaire, de décloisonnement de l'action communautaire et d'intervention territorialisée, l’idée de mettre sur pied une CDC à Sherbrooke fut reprise à l'automne 1995 par un comité provisoire composé d'organismes intéressés. Après deux rencontres d'information et d'échanges pour l'ensemble des organismes communautaires de la MRC de Sherbrooke, rencontres qui  qui eurent lieu dans les mois suivants, la Corporation de développement communautaire du Sherbrooke-Métro allait naître en juillet 1996. Ce fut là l'affirmation de  la volonté des 20 organismes communautaires fondateurs de se solidariser pour mieux agir en tant qu'acteur de développement social et économique dans notre milieu. En conséquence de la création de la nouvelle Ville de Sherbrooke en 2002, issue de la fusion des huit anciennes villes de la MRC, la CDC Sherbrooke-Métro est devenue en 2003 la Corporation de développement communautaire de Sherbrooke.

Malgré l’absence, jusqu’en 2003, du financement gouvernemental récurrent au titre de CDC reconnue par la Table nationale des corporations de développement communautaire (TNCDC) et subventionnée par le SACA, la CDC de Sherbrooke a quand  même réussi à jouer dès le départ un rôle actif en regard des principaux mandats de sa mission. La priorité a toujours été de promouvoir et actualiser la vie associative de ses membres par des activités d’information et de formation qui lui ont permis de graduellement élargir son membership. Celui-ci est passé de quelque 25 membres en 1997, à 50 en 2003 et à 87 en 2010 (dont 73 organismes autonomes, 9 membres associés et 5 membres solidaires). Son membership lui permet d'assurer une large représentation du mouvement communautaire et fait d'elle un lieu de concertation privilégié.

La CDC de Sherbrooke est donc de loin la plus importante de la région en nombre, mais aussi l'une des plus importantes au Québec. Elle est en mesure d'assurer une large représentation du mouvement communautaire et d'en favoriser la concertation.

Comptant depuis toujours sur les collaborations de partenaires bénévoles et institutionnels, dont le Service d’action communautaire du CLSC Gaston Lessard (qui a supporté la démarche d’implantation et accompagné le cheminement de la CDC jusqu’en 2004, soit jusqu’au financement récurrent), en appui au travail dévoué des agentes de développement occasionnelles et du personnel permanent qu’on a pu recruter grâce d’abord à des financements ponctuels par projets et programmes d’employabilité et plus tard par son financement de base, elle s’est aussi graduellement imposée comme acteur important de développement du milieu à travers une multitude d’initiatives. Le lecteur intéressé peut consulter un sommaire des principales réalisations depuis la fondation de la CDC. Celles-ci illustrent bien l’importance du rôle qu’elle a joué depuis près de 15 ans aussi bien comme acteur de support, de concertation et de représentation du mouvement communautaire, que dans la promotion du développement local communautaire et de l’action intersectorielle avec les partenaires communautaires (regroupements)  locaux et régionaux et les partenaires institutionnels, notamment le CSSS-IUGS et la Ville de Sherbrooke.

Elle fait partie d'un réseau comptant quelque 50 CDC au Québec, toutes réunies au sein de la Table nationale des CDC.


Plan du site